• LE BLOG

user profile image
Mawaddat-France
Le 31/08/2017 à 09h29min42s

Bilan d'activité 07/16 - 06/17

Salam alaykoum,

Nous vous proposons ci-dessous un bilan de l'activité de Mawaddat entre Juillet 2016 et Juin 2017 et une présentation succincte de nos projets pour la nouvelle année. Vos remarques sont les bienvenues.

Mawaddat comptait en juillet 2017 147 membres. Parmi ses membres, 134 ont publié une annonce dont 45 hommes et 90 femmes

Entre juillet 2016 et juin 2017, nous avons effectué 283 échanges d’annonces, animé 54 entretiens téléphoniques de couples et 50 rencontres. Environ 9000 mails ont été traités.



Différents évènements ont ponctué l'année :

- Mars 2017 à Vénissieux : Séminaire "Mariage êtes-vous prêt ? 47 participants

- Janvier à Mars 2017 à Valence : Séminaire Faber et Mazlish : 11 participants

- Juin 2017 à Valence : Café Mawaddat- Le ramadan et nos enfants



Concernant l'adhésion, le prix initial est de 35€ par an. Après avoir échangé, l’équipe Mawaddat a statué que le prix lors de la première année d’inscription restera de 35€ puis de 10€ par an pour le renouvellement de l'adhésion. La demande de renouvellement vous sera automatiquement envoyée par mail. Vous aurez bien sûr la liberté d'accepter ou de refuser.



Projets à venir :

-Septembre 2017 : Conférence Faber et Mazlish à Valence

-Automne 2017 : Séminaire Faber et Mazlish à Valence

-Printemps 2018 : Séminaire de préparation au mariage sur une journée à Villeurbanne

-Juin - Juillet ou Septembre 2018 : week-end de préparation au mariage dans la Drôme

-Tous les deux mois à Valence : Café Mawaddat concernant l'éducation des enfants

-Date à définir : Journée de sensibilisation de l'outil informatique avec Evolukid à Valence


Commentaires

user profile image
Mawaddat-France
Le 16/08/2017 à 19h57min35s

Le deuil du divorce

بسم الله الرحمن الرحيم
Bismillah ar-Rahman ar-Rahim

Ce trimestre, nous avons décidé de mettre notre plume à profit d’un sujet délicat qui, malheureusement, concerne un nombre considérable de personnes au sein de la communauté et par conséquent au sein de notre association. Il s’agit de l’épreuve du divorce qui peut s’avérer douloureuse dans bien des cas.
Nous avons remarqué que, trop souvent, le divorce laissait le cœur comme endeuillé et l’esprit comme embourbé dans le passé sans possibilité de se projeter dans l’avenir avec sérénité.

Alors la question est la suivante :
Comment faire le deuil d’un mariage qui n’a pas connu le succès ? Comment réussir à faire peau neuve pour se donner à nouveau le droit à la félicité ?

Voilà, selon nous, trois règles d’or à avoir en tête pour surmonter son divorce :

1- Ne pas confondre divorce et échec….
Le divorce n’est certes pas encouragé en islam mais il est décrit comme une issue envisageable lorsque la vie de couple devient impossible. Si malgré les efforts des deux partis, la vie commune n’est que conflit perpétuel, alors le divorce vient comme une solution pour libérer les deux époux de l’amertume de leur quotidien et pour leur donner à nouveau l’opportunité de fonder un foyer qui soit un refuge pour le cœur et l’esprit.
Allah nous dit dans le Coran :
« 129. … Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux... donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux. 130. Si les deux se séparent, Allah de par Sa largesse, accordera à chacun d'eux un autre destin. Et Allah est plein de largesses et parfaitement Sage. » (Sourate An-Nissa)

A l’aune du Coran, nous comprenons que le divorce doit être la dernière solution à envisager (après avoir tout fait pour tenter de se réconcilier) mais quand celle-ci s’impose par la force des choses alors Allah réserve à ses serviteurs justes une issue favorable.
2- Ne pas se laisser envahir par des sentiments délétères…
Il faut surtout garder à l’esprit qu’en cas de divorce, cela ne sert à rien de se lamenter, de culpabiliser ou de ressasser le passé.
D’après Abu Hurayra (qu’Allah soit satisfait de lui), le Messager d’Allah ( ) a dit :
« Le croyant fort est meilleur et plus aimé d’Allah que le croyant faible, et dans les deux se trouve du bien. Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, demande de l’aide à Allah et ne faiblis jamais. Et si quelque chose t’atteint ne dis pas : si j’avais fait ceci, il y aurait eu ceci et cela. Mais dis plutôt : Allah a décrété cela et Il fait ce qu’Il veut. Car le mot « si » ouvre la voie à l’œuvre de Shaytan ». (Rapporté par Muslim)

Le chagrin, la douleur, l’amertume sont des sentiments légitimes après une rupture mais ils doivent être passagers car le croyant doit se rappeler la promesse faite par Allah d’un lendemain heureux.
« 5. A côté de la difficulté est, certes, une facilité ! » (Sourate As-Sarh)

3- Saisir l’occasion pour faire le point sur soi-même…
Soyez votre propre allié et lorsque vous en ressentez le courage, mettez les compteurs à zéro et faites le point sur vos aspirations : « De quoi ai-je besoin pour m’épanouir dans ce monde ? » « Qu’est-ce qui m’a fait défaut jusqu’à maintenant ? » « Comment faire pour me sentir proche de mon Créateur tout en vivant en harmonie avec Ses créatures ? » « Que puis-je apporter au monde et à ses occupants ? »
Rappelez-vous : la vie n'est pas figée, elle est perpétuel mouvement et remise en question. Les crises, aussi difficiles et douloureuses soient-elles, offrent souvent de réelles opportunités pour une renaissance et une croissance personnelle.
Il ne s’agit pas d’oublier votre passé mais de refuser d'en être prisonnier et surtout de continuer d'y puiser la force pour se forger le plus bel avenir in shâ Allah. 'Umar ibn al-Khattâb (qu’Allah soit satisfait de lui) n'a-t-il pas dit : « Parfois les personnes avec le plus mauvais passé sont celles qui ont le plus beau futur ». Nous espérons que cette sagesse de celui qui a été le deuxième Calife bien guidé de l'Islam collera à ce qu'Allah a décrété pour vous... In shâ Allah.


Commentaires

user profile image
Mawaddat-France
Le 09/08/2017 à 23h04min04s

Pourquoi l’adhésion à l’association Mawaddat est payante ?

Certains se demandent peut-être pourquoi l’adhésion à Mawaddat est payante ?
Comme vous le savez, tous les membres de Mawaddat sont bénévoles et consacrent quotidiennement une partie non négligeable de leur temps et de leur personne pour vous aider à concrétiser vos projets de mariage respectifs. Ils répondent aux dizaines de mails qu’ils reçoivent chaque jour ; ils sacrifient plusieurs soirées par semaine afin de valider vos inscriptions ou d’animer des échanges téléphoniques entre candidats ; ils passent des journées entières le week-end à organiser des rencontres physiques. Tout cela fissabilillah.
Vous n’accepterez certainement pas, qu’en plus de cela, ils payent de leur poche les frais de fonctionnement du site internet, la communication faite pour la promotion du site afin que s’y inscrive peut-être votre futur conjoint in sha Allah ainsi que les trajets jusqu’au lieu de votre moukabala !
Ces 35 euros que coute l’adhésion à Mawaddat ne sont pas pour eux, non. Ils sont un investissement pour vous. Et pour le futur foyer qu’ils souhaitent de tout cœur vous aider à fonder. Bi’idhnillah.


Commentaires

user profile image
Mawaddat-France
Le 09/08/2017 à 22h59min02s

Quelques règles d’or concernant la gestion de l’argent au sein du couple

بسم الله الرحمن الرحيم
Bismillah ar-Rahman ar-Rahim

Saviez-vous, chers frères et sœurs, que la gestion de l’argent au sein des couples revêt une importance capitale ? Aussi étonnant que cela puisse paraitre, c’est même l’un des principaux motifs de divorce en France.
C’est pourquoi l’islam nous invite à nous prémunir contre cette cause de mésentente courante au sein des couples.
Voyons cela ensemble…
Tout d’abord, il convient de rappeler que le mariage est une miséricorde et qu’il implique de l’amour et de l’affection avant d’impliquer des droits et des devoirs. En fait, le mariage rend vivant le cœur de celui qui a conscience qu’il s’agit là d’un engagement solennel.
Dans son discours de l'Adieu, le Prophète nous dit (صلى الله عليه و سلم) : : « Prenez soin de vos femmes, vous les avez épousées avec le pacte d'Allah[...] ». (Sahih Boukhari)
Cette injonction, qui vaut aussi pour les sœurs, nous rappelle qu’en étant proches de la volonté divine, nous pouvons prétendre à la proximité de celle ou de celui qu’Il nous a accordé en mariage ; en nous rendant dignes de l’amour d’Allah, en aimant ce qu’Il a aimé pour nous, nous pouvons espérer qu’Il comble nos foyers d’amour et d’affection.

Venons-en maintenant au cœur du sujet : Que pouvons-nous tirer des enseignements islamiques en ce qui concerne la gestion de l’argent au sein des couples ?

Comme l’a dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : " Chacun d’entre vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. […] l’homme est le berger des siens et il est responsable de son troupeau […] " (Sahih Boukhari)

Ainsi que chacun le sait, la responsabilité financière incombe au mari. C’est lui qui a l'obligation, selon ses moyens, de subvenir aux besoins matériels de sa femme. On entend par « besoins matériels » tout ce qui recouvre la nourriture, les habits, les soins, le logement, la sécurité...


Ainsi, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit un jour à Hind bint ‘Utba dont le mari Abû Sufyân était avar : « Prends de son argent ce qui te suffit à toi et tes enfants pour vivre convenablement » (Sahih Bukhari et Muslim)
En effet, si l’obligation d’entretien ne revenait pas au mari, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) n’aurait pas autorisé Hind à prendre des biens d’Abû Sufyân sans son autorisation.


En outre, le mari doit être généreux avec sa famille puisque c'est là la meilleure aumône ainsi que nous l’enseigne le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) : "Lorsque l'homme fait pour sa famille une dépense dont il espère la récompense (auprès de Dieu), cela est pour lui une aumône" (al-Bukhârî et Muslim).
"Entre un dinar que tu as dépensé au service de Dieu, un dinar que tu as dépensé pour affranchir un esclave, un dinar dont tu as fait aumône à un pauvre et un dinar que tu as dépensé pour ta famille, c'est celui que tu as dépensé pour ta famille qui te rapporte le plus grand salaire". (Muslim)

À la lumière de ces enseignements, il s’avère difficile de comprendre le comportement de certains hommes musulmans qui se complaisent dans le chômage tout en profitant des ressources de leurs épouses dont ils voudraient disposer à leur guise…

En effet, le travail salarié n’est pas un devoir pour la femme. Elle peut choisir néanmoins de travailler à condition de s’être mise d’accord avec son époux ou de l'avoir exigé avant le mariage. Précisons toutefois que pour certains savants, le mari n’est pas en droit d’empêcher son épouse de travailler si son travail est, à l’instar de l’institutrice ou de la sage-femme, utile pour les musulmans dans la mesure où aider la communauté constitue une obligation.
Ainsi, dans le cas où la femme travaille, elle jouit de ses biens comme elle l’entend mais si elle le souhaite, son salaire peut constituer un apport supplémentaire pour le foyer sans pour autant diminuer ou ôter à l’homme sa responsabilité financière.

En revanche, ne perdons pas de vue mes sœurs, que l'argent n’est pas nécessairement une source d’enrichissement, s'il faut pour l'avoir, lésiner sur ses responsabilités et marchander l'éducation que l’on dispensera à ses enfants…

Car comme l’a dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) : " […] La femme est une bergère dans la demeure de son mari et elle sera responsable de son troupeau […] " (Sahih Boukhari)


Et qu’Allah vous accorde à toutes et à tous un foyer qui soit avant tout un lieu de quiétude et non de calculs.

Amine.


Commentaires

user profile image
Mawaddat-France
Le 09/08/2017 à 22h58min09s

Petite cachotterie, grosse conséquence…

Salam alaykoum chers frères et sœurs,
Nous aimerions vous faire profiter aujourd’hui d’un petit retour d’expérience.
Nous avons créé Mawaddat avec l’intention de plaire à Dieu en vous aidant à trouver l’âme sœur.
Quelle est notre déception lorsqu’une mise en relation se passe bien mais qu’elle est brutalement interrompue parce que l’un des deux mentionne soudainement un « détail » de sa vie qu’il avait omis jusque-là !
Mettez-vous à la place de l’autre :
Comment faire confiance à un inconnu s’il ne joue pas la carte de la transparence dès le départ?
Comment lui trouver une excuse alors qu’il a omis de dire qu’il avait des enfants ou qu’il avait été marié une fois, deux fois, trois fois ? Peut-on considérer cela comme un simple détail ?
Certes il est parfois difficile de se dévoiler à une personne que l’on connait à peine mais si vous désirez réellement vous marier, rappelez-vous que cachotterie et confiance ne font pas bon ménage !


Commentaires

FLYERS